Lakay Blog

Ballmer devient dingue ! (vidéo)

par Thomas Siniecki

Publié le 25 juillet 2019 à 00h26Mis à jour le 25 juillet 2019 à 07h19

La conférence de presse de présentation de Kawhi Leonard et Paul George, en tant que nouveaux joueurs des Clippers, a été vampirisée par le propriétaire Steve Ballmer en lévitation.

Kawhi Leonard et Paul George ont été présentés en grande pompe mercredi, en tant que nouveaux joueurs des Clippers. Mais leur propriétaire fou Steve Ballmer (ancien patron de Microsoft) a réussi à leur piquer la vedette, tant il était en fusion à l’occasion de cette conférence de presse. Complètement extatique, il a même fait lever les journalistes et obtenu une “standing ovation” (voir plus bas) !

Sinon, les deux nouvelles stars des Clippers se sont quand même exprimées. “On était destinés à jouer ensemble, on devait déjà le faire chez les Pacers”, rappelle Paul George, qui assure qu’il était “fan des Clippers étant gosse”“C’est une nouvelle aventure, un avenir brillant s’ouvre à nous, quelque chose de spécial, reprend Kawhi Leonard. On peut créer l’histoire, je suis prêt. Doc Rivers est un coach pour gagner la NBA.”

Quant à la comparaison inévitable avec les Lakers et leur duo LeBron James-Anthony Davis, les premières piques sont lancées. “D’un point de vue basket, ces dernières années, les Clippers sont meilleurs, assène Kawhi Leonard. Si on est champions même sans les médias, ça me va.” Même topo chez Paul George: “On a notre propre identité, on n’est pas obsédés par ça. On a quelque chose de plus grand en tête, on veut être champions.” C’est bien noté.

NBA TV@NBATV

😂

It’s safe to say Steve Ballmer is happy to have Kawhi & Paul George on the @LAClippers! 2 90612:35 – 24 juil. 2019Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité794 personnes parlent à ce sujet

Mercato Real Madrid: Mauvaise nouvelle pour Zidane

Parti sur les chapeaux de roue grâce aux arrivées de Ferland Mendy, Luka Jovic et Éden Hazard, le mercato du Real Madrid est à l’arrêt.

Si les Merengue ont toujours en tête de recruter Paul Pogba, l’éventuelle arrivée de l’international tricolore reste conditionnée à la vente de plusieurs joueurs indésirables aux yeux de Zinedine Zidane. Il en est ainsi de Gareth Bale mais également de James Rodriguez.

Mais à en croire AS, le dossier de l’international colombien est dans l’impasse. Intéressé de longue date, l’Atletico tarde à passer à l’action et Naples, seul club à avoir soumis une offre, n’a pour l’heure proposé qu’un prêt payant avec option d’achat. Une offre irrecevable pour les dirigeants madrilènes.

Ronaldo, ces photos qui rapportent très gros

Fort de ses 176 millions d’abonnés sur Instagram, Cristiano Ronaldo négocie au prix fort ses posts publicitaires.

A défaut d’être le footballeur le mieux payé du monde, un statut qui revient à Lionel Messi, rétribué chaque année à hauteur de 100 millions d’euros par le Barça, Cristiano Ronaldo est bien la plus belle machine à cash de la planète football.

Nouvel exemple en date, le classement dressé par le Sun sur les revenus générés par les sportifs sur Instagram. A en croire les informations du tabloïd anglais, la star de la Juventus, grâce à ses 176 millions d’abonnés – un record -, peut négocier chaque post publicitaire 874 000 euros.

Il devance en la matière Neymar et ses 123 millions d’abonnés, qui doit se contenter de 647 000 euros par post et Lionel Messi, suivi par 126 millions d’abonnés, qui complète le podium grâce à ses 581 000 euros par post. Suivent à bonne distance David Beckham, qui perçoit 320 000 euros, et LeBron James, cinquième avec 244 000 euros par post.

A noter que Cristiano Ronaldo n’est pas la personnalité la plus bankable sur Instagram puisque Kylie Jenner, qui n’affiche pourtant ‘que’ 141 millions d’abonnés, peut prétendre à 1 135 000 euros par post

Le top 10 (The Sun) : 
 
 Cristiano Ronaldo (874 000 euros)
 Neymar (647 000 euros)
 Lionel Messi (581 000 euros)
 David Beckham (320 000 euros)
 LeBron James (basket, 244 000 euros)
 Ronaldinho (229 000 euros)
 Gareth Bale (195 000 euros)
 Zlatan Ibrahimovic (179 000 euros)
 Virat Kohli (cricket, 176 000 euros)
 Luis Suarez (165 000 euros)

Un petit Paris perd face aux Nerazzurri

Troisième match de préparation et première défaite pour le PSG. Samedi en Chine, la troupe de Tuchel a été battue aux tirs au but par l’Inter Milan (1-1, 5 t.a.b. à 6) au terme d’une rencontre riche en enseignements. 

Comme toujours lors des matches de préparation, le score importe moins que le contenu. Samedi, on ne peut pas dire que Thomas Tuchel pourra se satisfaire de l’un ou de l’autre. Après le carton initial contre Dresde (6-1) et le nul avec Nuremberg (1-1), le club de la capitale n’a pas réussi à dominer une équipe plus coriace: l’Inter Milan

La troupe d’Antonio Conte, solidaire et dessinée en 3-5-2, a posé de gros problèmes au PSG. Certes privé de Marquinhos, Thiago SilvaAngel Di Maria, Neymar et Edinson Cavani (l’Uruguayen est entré pour les 15 dernières minutes), le club de la capitale s’en est longtemps remis au talent de son gardien Alphonse Areola, auteur de quatre parades importantes devant Marcelo Brozovic (3e), Sebastiano Esposito (6e), Ivan Perisic (46e) ou encore Nicolo Barella (50e). 

Mbappé sans convaincre

Le portier tricolore a finalement craqué à la dernière seconde sur un tir de Samuele Longo (1-1, 90e+4) avant de subir la séance de tirs au but sans réaliser le moindre arrêt (5-6 pour l’Inter avec des ratés d’Adil Aouchiche et Arthur Zagre pour Paris). Avant cette fin malheureuse, le PSG avait pourtant ouvert le score sur coup de pied arrêté: l’œuvre combinée de Pablo Sarabia, passeur, et de Thilo Kehrer, buteur de la tête (1-0, 41e). Mais ce but n’a donc pas suffi. 

Il faut dire que le schéma parisien avec Julian Draxler et Pablo Sarabia juste derrière Kylian Mbappé n’a pas forcément permis l’épanouissement du champion du monde tricolore. Constamment en décrochage dans l’axe et dos au but, Mbappé a rarement pu exprimer sa pointe de vitesse et ses déviations dans les petits espaces furent souvent imprécises. Si les nouveaux visages ont pu profiter de cette rencontre en Chine pour peaufiner leur intégration à Paris (on pense à Ander Herrera ou Abdou Diallo), les deux prochaines rencontres contre Sidney, mardi, et Rennes, samedi lors du Trophée des champions, ne seront pas de trop

La Cour suprême autorise Trump à utiliser des fonds de l’armée pour le mur

La Cour suprême américaine a autorisé vendredi l’utilisation par l’administration Trump de 2,5 milliards de dollars venus du Pentagone pour construire le mur à la frontière avec le Mexique, une décision saluée par le président des Etats-Unis.

“Wow! Grande victoire sur le mur”, s’est tout de suite félicité, sur Twitter, le locataire de la Maison Blanche. 

“La Cour suprême des Etats-Unis a renversé l’injonction d’une cour inférieure, autorisant le mur à la frontière sud de continuer”, a-t-il poursuivi.

En mai dernier, un juge fédéral avait provisoirement bloqué la décision de Donald Trump d’utiliser 2,5 milliards de dollars de fonds venus du Pentagone pour le mur qu’il souhaite ériger à la frontière sud des Etats-Unis.

Le président avait invoqué l'”urgence nationale” afin de pouvoir recourir à des fonds destinés à l’armée pour faire avancer sa construction en contournant le refus du Congrès de le financer.

Pour une majorité des juges de la Cour suprême – qui a basculé dans le camp conservateur – les plaignants ne peuvent contester l’attribution de ces fonds car “le gouvernement a fait, à ce stade une démonstration suffisante” du bien-fondé de leurs arguments.    

Mais les opposants au mur frontalier ne comptent pas en rester là et l’octroi des fonds ne pourrait être que temporaire.

L’ACLU, la puissance organisation des libertés civiques, a rapidement réagi vendredi, annonçant, dans un communiqué, une initiative auprès d’une Cour d’appel afin de “rétablir le blocage permanent de la construction d’un mur frontalier qui utilise des fonds militaires non autorisés”.

“Les populations à la frontière, l’environnement et la séparation des pouvoirs dans notre Constitution seraient touchés de manière permanente si Trump venait à s’en sortir avec le pillage de fonds militaires pour un mur frontalier xénophobe que le Congrès a refusé,” a dit Dror Ladin, avocat de l’ACLU. 

Le bras de fer au sujet des fonds destinés à la construction du mur avait provoqué en début d’année la fermeture partielle de l’administration fédérale pendant 35 jours, une durée record.

Le mur, censé endiguer l’immigration clandestine d’Amérique centrale, est la promesse phare de Donald Trump.  

Le Premier ministre nommé dénonce une campagne de « désinformation » qui vise à ternir son image

Le bureau de communication du Premier ministre nommé a, dans une note de presse vendredi soir, dénoncé une campagne de désinformation visant à ternir l’image de Fritz William Michel. « Le compte Twitter du Premier ministre nommé est : @fritzwmichel ; il est opérationnel seulement depuis le 22 juillet 2019. Antérieurement, il n’a jamais eu de compte sur ce réseau. Aussi, tout autre compte utilisé en son nom, quel que soit son objet, est réputé faux », a précisé l’équipe de communication du Premier ministre nommé qui, selon la note, est en pleine consultation en vue de jeter les bases d’un dialogue sincère et inclusif avec l’ensemble des acteurs politiques, les membres du secteur privé et ceux de la société civile.

Le Premier ministre nommé invite la population en général et les amis de la presse en particulier à redoubler de vigilance pour éviter le piège de la désunion au sein de la grande famille haïtienne en vue de construire ensemble l’avenir dans la vérité et le respect mutuel.

Créer un compte avec le nom d’une autre personne, la chose la plus facile 

 «  Créer un compte avec le nom d’une autre personne, c’est la chose la plus facile. N’importe qui peut créer un compte en utilisant le nom ou la photo de n’importe quelle personne », a déclaré Grégory Domond, consultant en nouvelles technologies. « L’un des plus grands problèmes avec la technologie, estime Grégory Domond, c’est l’anonymat. Quand vous créez un compte, on ne vous demande pas de présenter votre carte d’identification nationale ni votre passeport ou encore moins votre acte de naissance. On ne peut pas identifier quelqu’un qui écrit ou qui dit quelque chose du fait de l’anonymat », fait-il remarquer dans une interview sur Magik 9.    

Remonter à la personne qui a créé le faux compte n’est pas aussi simple, selon le consultant en nouvelles technologies. «  Pour créer un compte Twitter, il vous faut une adresse email », rappelle-t-il. Là encore, la personne peut créer une fausse adresse email, puisqu’au moment de créer cette adresse elle n’est pas tenue de fournir ses documents d’identité, souligne-t-il. « L’adresse IP de l’ordinateur ou du téléphone utilisé pour créer le compte ou pour accéder au compte, est généralement associé au compte mais la personne peut utiliser l’ordinateur de quelqu’un d’autre pour créer le compte », fait remarquer l’ingénieur Grégory Domond.     

Selon lui, la meilleure façon de découvrir si un compte attribué à quelqu’un lui appartient effectivement, c’est d’en parler avec ses contacts qui peuvent confirmer ou infirmer s’ils ont l’habitude d’échanger avec la personne via ce compte.  

Le secrétaire d’Etat à la Communication Eddy Jackson Alexis a confié  qu’une enquête a été ouverte au niveau de la police ainsi qu’au niveau du service de renseignements du Premier ministre en vue d’identifier la personne qui s’est servi du nom du Premier ministre comme un identifiant sur un compte Twitter. Eddy Jackson Alexis a rapporté que le Premier ministre nommé a indiqué qu’il n’a jamais eu de compte Twitter. « Ce n’est qu’après sa nomination en juillet qu’il a créé un compte Twitter », précise-t-il.  «  Il n’y a pas encore un cadre légal qui permette de poursuivre une personne qui a utilisé le nom d’une autre personne pour créer un compte sur les réseaux sociaux », selon Grégory Domond.